• Sentier de sagesse et du Soi

    Cette rubrique est dédiée à tout ce qui permet à l'esprit humain de s'élever pour l'amener vers une meilleure compréhension de la réalité. Elle aborde entre autres le versant invisible et désincarné voire mystérieux des choses : ce n'est pas parce qu'un fait échappe à notre entendement et à la raison qu'il n'existe pas ou qu'il est absurde. A notre époque, cette attitude arrogante de l'être humain doit être proscrite si on veut avancer vers une connaissance plus juste, précise et approfondie de notre monde, de l'univers... et de soi-même.

    A travers cette rubrique, je dévoile la profonde transformation intérieure qui s'opère en moi depuis 2008 et modifie ma perception de la réalité de façon graduelle et définitive. Plus conscient de la véritable nature des choses, plus juste dans mon approche du réel, je marche sur un petit chemin de vie, loin des sentiers battus et rebattus. Je vais doucement, loin des sous-bois, vers la grande forêt et ses secrets. Je marche plus calme et apaisé. Je suis mon sentier de sagesse.

     

  •  

    Dans le dialogue humain, la place du silence est primordiale : celui-ci tait, élude et surtout diffère l'annonce d'un contenu important qui peut être dépréciatif ou valorisant, gênant ou profitable. Les jeux de communication autour de la parole humaine se structurent selon des règles tacites où silence et parole se répondent sans cesse mais où tout de même le premier, malgré les mots prononcés, domine largement par son pouvoir. Par conséquent, l'obligation élémentaire d'avoir un bon usage du non-dit s'impose à chacun au risque sinon de créer des troubles relationnels autour de soi ou pire, de briser une amitié ancienne. Le silence est un outil qu'il convient de bien employer. Voici donc un petit rappel sans prétention, juste pour prendre soin de vos relations... et vous faire beaucoup de bien en passant !

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    6 commentaires
  •  

    Lorsqu'on souffre d'une dépression, suivre simplement une envie, c'est suivre un désir et suivre un désir, c'est juste exprimer la vie qui est soi. C'est même exprimer le peu de désir de vivre qui demeure encore en soi, même si ce désir est abîmé. Un soir, en pleine chute intérieure, Il aura fallu que j'ouvre une bouteille de vin pour me reconnecter au plus intime de mon être... en un instant qui s'étira sur les heures suivantes : intensité du moment présent, concentration de la force vitale qu'il me restait, et ce reste produisit la magie spontanée d'un moment de vie... délicieux et distingué avec son enseignement caché.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    8 commentaires
  •  

    Tout homme va son chemin, solitaire dans la multitude. Il poursuit ses objectifs, le rêve en bandoulière, l'espoir au cœur. Mais pour espérer gagner et accomplir ce qui doit l'être, l'homme persévérant doit cultiver deux qualités incontournables : la dignité et le discernement. Celles-ci sont comme deux jambes propres à le mener bien loin sur la route de sa vie et de son épanouissement individuel.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    7 commentaires
  •  

    Cet article est complètement spontané. J'y célèbre le présent tel qu'il est bien que je n'ai pas encore atteint l'objectif que je m'étais fixé : obtenir ma licence de psychologie. Depuis quelques jours, malgré mon symptôme dépressif et le désappointement face au chaos qu'a été pour moi cette période d'examen, un certain bien-être intérieur est réapparu après quelques mois de latence. Tout à coup, la gratitude dont j'ai déjà parlé dans mon article 11 a fait son retour en force. J'étais conscient que j'allais moins bien mentalement depuis février mais je l'ai concrètement réalisé courant mars lorsque j'ai vu ma pratique bouddhique devenir plus difficile et mon travail personnel dans mes études ne plus suivre du tout. Les examens ont achevé de m'enfoncer dans la pénombre intérieure. J'étais si épuisé mentalement que je ne parvenais plus à méditer longtemps et avec énergie pour me ressourcer. C'est finalement la prise d'essences florales australiennes qui a commencé à reconditionner mon être vers une structuration psychique positive. Puis, tout s'est enchaîné... et voilà ! Ça ne m'a pas permis de réaliser mon objectif mais j'ai avancé vers mon but qui du coup est reporté. Et alors ? C'est simplement la vie avec ses aléas.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Adulé par les uns, rejeté par les autres, l'argent est vu comme un moyen d'épanouissement et de réalisation personnels ou au contraire comme une source de corruption. Il ne laisse personne indifférent et entretient chez les gens des opinions tranchées, rarement nuancées voire radicales. Qu'il suscite la convoitise ou le dégoût, l'argent tend à diviser la société et le monde en deux camps que tout oppose : ceux qui gagnent grâce à lui et ceux qui perdent, les degrés intermédiaires étant des ponts qui évitent encore l'explosion d'une véritable haine sociale et meurtrière envers les riches et très riches de nos jours. Et si les maux liés à l'argent n'étaient qu'en fait le reflet exact de la nature humaine, et rien que ça, le moyen étant devenu un outil au service d'intentions négatives de beaucoup au lieu de servir le système d'échange qui l' a fait naître. Contrairement aux croyances prétendues rationnelles et réalistes, les solutions pour instaurer une société économiquement plus juste ne sont pas essentiellement socioéconomiques : leur source est avant tout intime, au fond de chacun, et engage ses valeurs, la question étant de savoir quel type de société veut chaque individu... honnêtement.

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    9 commentaires
  •  

    Elle couvait depuis des années, la dépression. Je la sentais, de loin, latente, diffuse, mais ne la vivais pas. Tant de choses interféraient entre elle et moi : des moments de joie fugace, d'autres épreuves et des temps d'efforts prolongés pour concrétiser de trop nombreux rêves déçus. Oui, trop nombreux ces projets pourtant viables et sérieux. Les fissures internes ont grandi jusqu'à mon projet actuel, un autre, dont des études de psychologie sont une partie et vont être le vecteur de fracture. Cette fois, les fêlures se sont agrandies presque jusqu'au point de rupture. Je n'en peux plus tout simplement de vivre une vie à côté de mon chemin, de mon vrai Moi. Ma dépression qui se démasque au fil des jours me dit de penser à moi et de revoir ma relation avec les autres où ceux-ci ont beaucoup d'importance... trop d'importance. Le moment est venu de changer.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    8 commentaires
  •  

    Une fin d'après-midi à l'université... Je suis démoralisé. Je quitte le cours de statistiques où je suis en difficulté pour celui d'anglais que j'adore. Je me sens très mal. Je m'attends à ne pas profiter de mon cours préféré. En quelques minutes, je me renferme sur moi bien décidé à ce qu'on me fiche la paix. Mais c'était sans compter avec mon voisin de table, Guillaume, bien décidé à me faire retrouver le sourire...

    Texte dédicacé à Guillaume M. évidemment. wink2

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  •  

    L'automne est revenu. Cette année, cette période coïncide avec mon propre retour à l'université que j'avais quittée en 1994. Je dois me réadapter à tout un environnement où la théorie et le travail intellectuel sous la contrainte sont la règle : c'est très dur et je me sens par moment dépassé. Je suis partagé entre le plaisir que procure le fait d'avancer dans un projet qui me tient à cœur et l'angoisse face à la lourdeur du travail à fournir, à tel point que des effluves de tristesse m'envahissent de temps à autre répondant comme un écho à la mélancolie poétique que dégage l'automne.

    Depuis quelques semaines, je laisse libre cours au mal-être qui a pris place en moi. Mon âme me parle. Mon être profond reste perplexe devant l'académisme suranné des études universitaires où tout plaisir est banni : l'éducation n'y est concentrée que sur le savoir rationnel oubliant que tout apprentissage est plus efficace lorsqu'il est fondé sur la curiosité et la créativité. Bref, la stimulation du cerveau gauche n'est pas encore pour demain à l'université. La manière d'enseigner y est carrément obsolète. Le comble est en partie atteint lorsqu'il s'agit des études de psychologie où selon moi, toutes les zones du cerveau devraient être stimulées et pas uniquement celles reliées à l'intellect et la logique rationnelle : l'intuition, les émotions devraient avoir droit à autant d'attention que le reste qui est du coup survalorisé. Songez qu'on ne demande à aucun étudiant de la filière d'entreprendre pour lui-même une psychothérapie alors que plus tard, des patients vont se retrouver face à lui : l'humain n'est absolument pas pris en compte. C'est drôle de vouloir soigner autrui sans réellement se connaître soi-même en profondeur. C'est peu logique, peu cohérent.

    En fait, ce que je constate est que l'atteindre d'un objectif nous renvoie inévitablement vers un autre but à réaliser. La vie ne s'arrête jamais. Mon obstacle principal est désormais d'accepter un contexte qui ne me respecte pas et ne respecte pas les étudiants dont la manière d'apprendre n'est pas fondée sur l'accumulation de savoirs et de connaissances. C'est temporaire mais obligatoire si je veux obtenir ma licence de psychologie et progresser dans ma vie professionnelle. Cette prise de conscience intime inconfortable est ma réalité actuelle et je la partage avec vous dans le texte suivant. Mais ce faisant, je vais aller un peu plus loin que le simple constat intérieur : dans un cheminement particulier, c'est en effet toujours l'univers qui s'exprime.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    4 commentaires
  •  

    Cet article raconte une expérience de pratique bouddhique qui m'est arrivée récemment. J'étais en pleine méditation. Ce moment a été décisif pour moi : il m'a permis d'avoir, ou plutôt de comprendre non plus avec des mots mais avec le cœur de tout mon être, la réponse que me destinait mon Grand Soi, l'enfant intérieur qui vit en moi, mon Je-Âme comme j'aime à l'appeler parfois, mon essence de vie à un moment où je me posais beaucoup de questions sur mon avenir. Le bouddha qui veille en mon for intérieur m'a conseillé... en silence : j'ai ressenti son intention, absorbé sa bienveillante fermeté. J'avais besoin d'être guidé. Ce temps de pratique a été très beau, émouvant et particulièrement régénérateur. Ce fut un magnifique moment d'éveil de conscience, tout en profondeur intime, pur, absolu. Ce jour-là, je me suis à nouveau rencontré au niveau le plus essentiel. Je sais où aller et que faire à nouveau dans un avenir à moyen et long terme... ou comment je retrouve peu à peu une détermination plus forte et régulière.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    8 commentaires
  •  

    Voici une petite leçon d'autonomie donnée très naturellement par nos félins domestiques. Gérez mieux votre comportement au présent. Revenez à ce qui est tout simplement. Réveillez le chat intérieur qui sommeille en vous ! Laissez-le vous guider, miauler et parfois ronronner ! Et nul besoin de sortir les griffes si vous suivez bien la leçon : en restant vous-même pleinement, sans forcer, le message sera clairement reçu autour de vous.

    Article dédié à tous mes amis et tous ceux qui ont un chat ou une chatte chez eux... sans oublier les autres qui adorent les chats mais n'en ont pas.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    20 commentaires
  •  

    Après des années de pratique bouddhique assidue, je découvre enfin les bienfaits de la gratitude, de célébrer le simple fait d'être en vie. Moi qui avais souvent tendance à rester extérieur aux scènes de vie qui se passaient dans mon environnement quand elles ne me concernaient pas directement, je constate un changement intérieur naturel extrêmement profond. Mon empathie propre si forte hésite moins à franchir le cadre de peur dressé par mon ego autour de moi. La nature du contexte influe moins sur son expression : je deviens plus libre. Du coup, peu à peu, la crainte de l'autre et le repli sur soi laissent place en moi à une bonté toute simple, directe, concrète.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    8 commentaires
  •  

    Parce que la justice sociale avant d'être vécue autour de soi doit s'incarner en soi...

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    4 commentaires
  •  

    Novembre aurait pu n'être qu'un simple moment de l'année pour moi mais il est bien plus : il représente le temps de l'abandon, du passage, de la régénérescence intérieure et du progrès personnel. Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, chaque année, j'achève un cycle de 12 mois et en commence un autre. Je vis ensuite 30 jours intenses où alterneront véritables secousses telluriques intimes et douces périodes de calme intérieur. L'arrivée de novembre signe chaque année une période de métamorphose silencieuse et d'engrangement. Je me rencontre à nouveau au plus profond de mon être : bilan et mise au point sont au rendez-vous, sans concession, dans l'union absolue de tous les contraires qui composent ma personnalité. Tout le reste de l'année qui suit dépend de ce que je décide de laisser ou de conserver à ce moment-là. En moi, c'est le temps du débat et du dialogue.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    La souplesse et la créativité sont une clé essentielle pour atteindre ses objectifs, petits ou grands. Elles sont aussi la base d'une bonne relation avec les autres. Démonstration !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique