• Saison 4

     

    Cette 4è saison du blog contient 13 articles. Sa nature est plus sociopolitique que les précédentes saisons. En effet, j'y aborde des thèmes d'actualité dans 7 articles dont certains polémiques comme l'islam ou l'élection du président Macron. Cette saison a vu mon style se muscler dans la forme et le fond : par moment, j'ai mis de côté ma tendance à la nuance pour prendre parti de manière résolue. En effet, bien que de nature calme et mesurée, je ne supporte plus le poids idéologique que le socialisme-communisme fait peser sur toutes les questions en lien avec les sphères sociétale et sociale : ç'en est devenu dictatorial. Sur certains thèmes, émettre une opinion divergente, même très légèrement nuancée, vous vaut vite l'opprobre des cerbères de la pensée de gauche à peu près partout, sur le Net et en-dehors. Alors que jeune, je croyais qu'avec l'accès du socialisme au pouvoir en 1981, on allait vers un mieux-être social et humain, c'est tout l'inverse qui est advenu même si la droite a pris parfois le pouvoir. Concrètement, la France, malgré les retournements dus aux élections présidentielles ou législatives notamment, demeure un pays largement soumis à une pensée socialiste vindicative et totalitaire placée au même rang qu'une religion mais une religion d'état : tout est basé sur la seule croyance et la réinterprétation sinon la falsification des faits, historiques et sociaux en tête. Le libéralisme économique en France ne passe d'ailleurs pas culturellement : son implantation donne lieu à de fortes résistances récurrentes dans le pays malgré des avancées. Par contre, le libéralisme sociétal typique de la pensée socialiste progresse nettement vu qu'il est le cheval de Troie du haut capitalisme dont la gauche à son insu se fait le meilleur relais tout en s'y opposant officiellement. Cet énorme paradoxe crée un état permanent de tension éthique, culturelle et psychologique intenable à la longue, d'où un malaise général diffus dont personne ne parvient à décerner la source précise. Toutes les limites philosophiques et morales sont ainsi devenues floues. La toile de fond de la situation dangereuse politiquement où se trouve la France est si complexe que tout et son contraire sont validés pareillement : c'est la confusion générale et la 4è saison du blog s'en fait l'écho à travers une tonalité plus incarnée dans le monde matériel, ce qui n'était pas mon habitude jusqu'alors. Ce fut une découverte plus ou moins satisfaisante selon les personnes autour de moi : des gens se sont éloignés de moi tandis que d'autres se sont rapprochés... et les vrais amis se sont trouvés confirmés.

    Par ailleurs, l'article 19 qui démarre la saison est celui dédié à mon coming-out royaliste. J'en suis très fier. J'avais peur que cette révélation soit mal reçue. Or, ça a été l'inverse. Ca a clarifié les choses entre les gens, qu'ils soient ou non proches de moi. Cet article à tendance politique appartient en partie au domaine intime. Sur le plan plus intérieur, les articles 20 et 28 sont en lien avec la dépression qui a pris place dans ma vie et que je soigne depuis juillet 2017. 

    La saison 4 contient aussi 4 textes de nature philosophique qui abordent les thèmes suivants : l'argent (article 22), la gratitude (article 24), le discernement et la dignité (article 26) puis la vertu du silence (article 29).

     

      

     

    Les textes de cette saison 4 ont été publiés du 14 avril au 12 novembre 2017. Pour chacun d'entre eux, un lien existe vers la page de publication : cliquez sur le titre. L'accroche originale de chaque écrit est reprise sous ce lien de façon intégrale ou partielle voire dans une version légèrement remaniée. Figurent également la date de publication et la rubrique rattachée au texte. Cliquez sur le nom de la rubrique pour trouver d'autres articles ayant un fond de réflexion commun ou cherchez dans la colonne des menus à gauche la section Rubriques qui rassemble toutes les catégories existantes... et laissez-vous guider par votre intérêt ou votre curiosité.

     

    19. SIMPLEMENT ROYALISTE

    Dans ce texte, je dévoile avec pudeur mes convictions royalistes sans trop approfondir le sujet toutefois. C'est surtout l'annonce elle-même qui importe à mes yeux. En effet, au fil du temps, je me dissocie de plus en plus de la mascarade électorale républicaine où le peuple joue le rôle de faire-valoir n'ayant strictement aucun autre pouvoir que de choisir à chaque élection ses nouveaux exploiteurs aux ordres de commanditaires qui opèrent dans l'ombre. Je trouve donc intéressant de me démarquer d'un jeu politique truqué et incroyablement malsain où l'idée de démocratie n'est plus qu'un concept vide... destiné à tromper le public afin d'amener ce dernier à maintenir son allégeance au système qui l'exploite.

    Publié le 14 avril 2017 dans Conscience politique et sociale

     

    20. FACE A LA DÉPRESSION QUI SE RÉVÈLE

    Elle couvait depuis des années, la dépression. Je la sentais, de loin, latente, diffuse, mais ne la vivais pas. Tant de choses interféraient entre elle et moi : des moments de joie fugace, d'autres épreuves et des temps d'efforts prolongés pour concrétiser de trop nombreux rêves déçus. Oui, trop nombreux ces projets pourtant viables et sérieux. Les fissures internes ont grandi jusqu'à mon projet actuel, un autre, dont des études de psychologie sont une partie et vont être le vecteur de fracture. Cette fois, les fêlures se sont agrandies presque jusqu'au point de rupture. Je n'en peux plus tout simplement de vivre une vie à côté de mon chemin, de mon vrai Moi. Ma dépression qui se démasque au fil des jours me dit de penser à moi et de revoir ma relation avec les autres où ceux-ci ont beaucoup d'importance... trop d'importance. Le moment est venu de changer.

    Publié le 2 mai 2017 dans Sentier de sagesse et du Soi

     

    21. UN PRÉSIDENT FAIBLEMENT LÉGITIME - La nature antidémocratique d'un scrutin

    Les présidentielles 2017 se sont achevées en France avec l'élection d'Emmanuel Macron au poste suprême. Bien que les médias officiels aient claironné à qui mieux mieux la victoire éclatante du candidat attendu, sur le fond, une analyse rigoureuse montre que ce succès est beaucoup plus modeste : le score annoncé est important uniquement dans la limite des suffrages exprimés. Dans le présent article, en reprenant les chiffres de l'Humanité, un des journaux qui a sans doute le mieux relayé les résultats de l'élection, je détaille le calcul de tous les modes d'expression des électeurs et les resitue dans le contexte de terrain. Je précise ce que les grands médias taisent : le score du nouveau président ne le place pas en majorité numérique sur l'ensemble de l'électorat. Et Emmanuel Macron le reconnait d'ailleurs : il ne cesse de multiplier les appels rassurants vers ceux qui ont voté pour lui par défaut et surtout les autres qui lui sont hostiles pour la plupart et dont il sait qu'il aura à subir les foudres en cas de politique antisociale.

    En fait, dès que vous incluez le vote blanc (compté comme nul) et l'abstention dans le décompte général des suffrages, le rapport de force ne joue plus en faveur du candidat vainqueur. Et c'est sur ce point particulier que mon texte porte : la mise à l'écart systématique des votes blancs permet à un système inique de perdurer au bénéfice exclusif d'une haute bourgeoisie richissime. En outre, le lien causal entre la non-reconnaissance du vote blanc et le taux d'abstention est flagrant. Avancer que les abstentionnistes sont irresponsables relève de la pure bêtise et du déni de réalité : les non-votants réfléchissent eux aussi, et certainement plus et surtout MIEUX ! La valeur d'un bulletin de vote ne se brade pas : suivre les règles sans jamais les questionner n'a rien à voir avec le devoir responsable mais plutôt avec la servilité avec laquelle notre conscience s'arrange en la renommant opportunément "responsabilité". La démocratie reste certainement le système politique qui accorde le plus de place à tous les membres d'une population, même si des dysfonctionnements surgissent. Il faut seulement que ces derniers demeurent à un niveau éthique acceptable et n'aient pas d'impact nocif sur le jeu démocratique qui régit la société. Or, les dernières élections ont prouvé l'inverse. Une élection fondée sur un terreau négatif ne peut qu'engendre des effets de même nature ultérieurement même si on les maquille sous un vernis culturel et glamour. La vie demande toujours des comptes à la mesure de ce qu'on lui a donné.

    Publié dans le 13 mai 2017 dans Conscience politique et sociale

     

    22. L'ARGENT

    Adulé par les uns, rejeté par les autres, l'argent est vu comme un moyen d'épanouissement et de réalisation personnels ou au contraire comme une source de corruption. Il ne laisse personne indifférent et entretient chez les gens des opinions tranchées, rarement nuancées voire radicales. Qu'il suscite la convoitise ou le dégoût, l'argent tend à diviser la société et le monde en deux camps que tout oppose : ceux qui gagnent grâce à lui et ceux qui perdent, les degrés intermédiaires étant des ponts qui évitent encore l'explosion d'une véritable haine sociale et meurtrière envers les riches et très riches de nos jours. Et si les maux liés à l'argent n'étaient qu'en fait le reflet exact de la nature humaine, et rien que ça, le moyen étant devenu un outil au service d'intentions négatives de beaucoup au lieu de servir le système d'échange qui l' a fait naître. Contrairement aux croyances prétendument rationnelles et réalistes, les solutions pour instaurer une société économiquement plus juste ne sont pas essentiellement socioéconomiques : leur source est avant tout intime, au fond de chacun, et engage ses valeurs, la question étant de savoir quel type de société veut chaque individu... honnêtement.

    Publié le 16 mai 2017 dans Sentier de sagesse et du Soi

     

    23. VIOLENCE ISLAMISTE V/S VEULERIE PACIFISTE

    L'islamisme fait l'actualité depuis 2015 et pour longtemps encore certainement. Mais la manière dont l'Occident, pouvoirs publics et citoyens inclus, aborde ce thème grave interroge : le contraste est tel qu'il choque ! En fait, nous sommes à la merci complète de guerriers qui veulent la peau de la civilisation occidentale. Face au langage des bombes et des armes, l'Occident brandit son idéologie pacifiste que lui-même respecte peu et qui est sa plus grande faiblesse. L'ennemi ne le prend pas au sérieux : il sait qu'il n'a rien à craindre et que la victoire est assurée si rien ne change. Derrière le maquillage philosophique des Droits de l'Homme, le pacifisme occidental tente d'éluder l'évidence : la paix ne peut jamais s'implanter et croître sur le terreau de la lâcheté et de l'inaction. C'est une loi universelle. Englués dans leur consensus idéologique humaniste et sociétal aussi pesant qu'autoritaire, les états d'Europe de l'Ouest continuent à privilégier face au péril un langage inadapté qui exprime la pusillanimité sinon la mollesse.

    L'article analyse les principales causes qui ont mené à cet état d'apathie généralisé en France comme ailleurs : les changements dans les domaines spirituel et sociétal sont sans nul doute ceux qui ont eu le plus d'impact sur la société. L'influence décroissante du christianisme a permis au grand public d'aller vers d'autres types de croyances, souvent exotiques, et une plus forte implantation de l'athéisme dans la population. Par ailleurs, la rediscussion permanente de la figure masculine publique par les grandes associations féministes et LGBT est également au cœur du problème : elle affecte énormément la manière dont l'homme est perçu face à la femme. Les influences conjuguées de l'humanisme "droits-de-l'hommiste" et de la redéfinition sociale de la masculinité ont conduit nos pouvoirs publics à revoir leur manière d'employer les policiers, majoritairement des hommes, sur le terrain en situation de crise : la multiplication des escouades de police désarmées ou avec ordre de ne jamais utiliser leurs armes en est un signe clair. Mais le pacifisme peut-il se payer le luxe de la non-violence absolue ? Nous verrons que Gandhi y a apporté sa réponse, nette et précise

    Publié le 29 juin 2017 dans.Conscience politique et sociale

     

    24. UN RETOUR DE GRATITUDE - La conscience de progresser pour gagner

    Cet article célèbre le présent tel qu'il est bien que je n'ai pas encore atteint l'objectif que je m'étais fixé : obtenir ma licence de psychologie. Depuis quelques jours, malgré mon symptôme dépressif et le désappointement face au chaos qu'a été pour moi cette période d'examen, un certain bien-être intérieur est réapparu après quelques mois de latence. Tout à coup, la gratitude dont j'ai déjà parlé dans mon article 11 a fait son retour en force. J'étais conscient que j'allais moins bien mentalement depuis février mais je l'ai concrètement réalisé courant mars lorsque j'ai vu ma pratique bouddhique devenir plus difficile et mon travail personnel dans mes études ne plus suivre du tout. Les examens ont achevé de m'enfoncer dans la pénombre intérieure. J'étais si épuisé mentalement que je ne parvenais plus à méditer longtemps et avec énergie pour me ressourcer. C'est finalement la prise d'essences florales australiennes qui a commencé à reconditionner mon être vers une structuration psychique positive. Puis, tout s'est enchaîné... et voilà ! Ça ne m'a pas permis de réaliser mon objectif mais j'ai avancé vers mon but qui du coup est reporté. Et alors ? C'est simplement la vie avec ses aléas.

    Publié le 9 juillet 2017 dans Sentier de sagesse et du Soi

     

    25. PRO-VACCINS V/S ANTI-VACCINS : DÉFINITIVEMENT INCONCILIABLES ?

    Cet article traite d'un sujet très sensible en ce moment : la vaccination et sa remise en cause par une part croissante de l'opinion publique en France mais aussi à l'étranger. J'y parle brièvement de mon vécu sans prendre position. Puis je vous poste en complément 8 vidéos dont 6 vous présentent les arguments habituels des deux camps opposés qui s'affrontent sur le sujet et deux montrant une position intermédiaire : reconnaître l'utilité de la vaccination mais pas selon les règles officielles actuelles qui sont trop opaques, prêtant ainsi le flanc au doute légitime. Par cet article, je me place dans une démarche de recherche et de communication qui veut tendre vers l'objectivité. Sur un tel sujet, c'est à mes yeux la seule démarche fiable concrètement, en complément d'une démarche éthique voire spirituelle qui pourrait lui apporter une dimension plus humaine et juste pour tous. En tout cas, l'industrie pharmaceutique va devoir sérieusement réviser sa position de toute-puissance à l'égard de la population.

    Publié le 5 août 2017 dans Conscience politique et sociale

     

    26. ENTRE DIGNITÉ ET DISCERNEMENT, NOTRE VOYAGE HUMAIN...

    Tout homme va son chemin, solitaire dans la multitude. Il poursuit ses objectifs, le rêve en bandoulière, l'espoir au cœur. Mais pour espérer gagner et accomplir ce qui doit l'être, l'homme persévérant doit cultiver deux qualités incontournables : la dignité et le discernement. Celles-ci sont comme deux jambes propres à le mener bien loin sur la route de sa vie et de son épanouissement individuel.

    Publié le 18 août 2017 dans Sentier de sagesse et du Soi

     

    27. MÉTHODE SYLLABIQUE V/S MÉTHODE GLOBALE - Le bon sens d'un ministre

    Notre actuel ministre de l'Education Nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé quelques nouvelles mesures lors d'un récent entretien pour L'Obs. Une des mesures en faveur d'une présence plus importante de la méthode d'apprentissage de la lecture dite syllabique me ravit. J'explique pourquoi dans cet article qui n'est pas toutefois un texte d'étude comparative entre méthodes globale et syllabique. Je m'en tiens à décrire ma satisfaction de voir le pragmatisme et une once de sagesse revenir dans ce sanctuaire idéologique qu'est le monde scolaire français où le pluralisme démocratique a bien du mal à exister.

    Alors que je suis un fervent opposant au président de la France, M. Macron, l'honnêteté m'oblige à reconnaître une attitude positive de son ministre de l'éducation qui se fonde ici sur la réalité : la supériorité de la méthode syllabique pour l'apprentissage de la lecture et de la conceptualisation des mots a été scientifiquement démontrée. Hahahaha !!! Certains de mes amis ou contacts "macroniens" vont apprécier !

    Publié le 27 août 2017 dans Conscience politique et sociale

     

    28. L'INSTANT MONTBAZILLAC

    Lorsqu'on souffre d'une dépression, suivre simplement une envie, c'est suivre un désir et suivre un désir, c'est juste exprimer la vie qui est soi. C'est même exprimer le peu de désir de vivre qui demeure encore en soi, même si ce désir est abîmé. Un soir, en pleine chute intérieure, Il aura fallu que j'ouvre une bouteille de vin pour me reconnecter au plus intime de mon être... en un instant qui s'étira sur les heures suivantes : intensité du moment présent, concentration de la force vitale qu'il me restait, et ce reste produisit la magie spontanée d'un moment de vie... délicieux et distingué avec son enseignement caché.

    Publié le 17 septembre 2017 dans Sentier de sagesse et du Soi

     

    29. LA VERTU DU SILENCE - Parler à bon escient

    Dans le dialogue humain, la place du silence est primordiale : celui-ci tait, élude et surtout diffère l'annonce d'un contenu important qui peut être dépréciatif ou valorisant, gênant ou profitable. Les jeux de communication autour de la parole humaine se structurent selon des règles tacites où silence et parole se répondent sans cesse mais où tout de même le premier, malgré les mots prononcés, domine largement par son pouvoir. Par conséquent, l'obligation élémentaire d'avoir un bon usage du non-dit s'impose à chacun au risque sinon de créer des troubles relationnels autour de soi ou pire, de briser une amitié ancienne. Le silence est un outil qu'il convient de bien employer. Voici donc un petit rappel sans prétention, juste pour prendre soin de vos relations... et vous faire beaucoup de bien en passant !

    Publié le 25 septembre 2017 dans Sentier de sagesse et du Soi

     

    30. L'IMPLANTATION D'UNE MÉDIOCRITÉ ALIÉNANTE DANS L'ESPRIT DU PEUPLE

    Un pouvoir politique illégitime éthiquement assoit toujours son autorité par une déculturation du peuple en maintenant ce dernier dans la médiocrité intellectuelle. C'est le meilleur moyen pour lui d'aliéner la liberté populaire. Abaisser le niveau de l'enseignement scolaire et détourner l'école de ses véritables missions, la transmission d'un savoir et la formation à l'analyse critique efficace, sont la base de l'aliénation des individus. Aujourd'hui, des années de déstructuration et reconstruction idéologique de l'édifice scolaire laissent voir leur résultat : le niveau de maîtrise du français a diminué, au point qu'un décalage linguistique existe désormais entre individus d'un même pays censés se fédérer autour d'un idiome national commun. J'ai vécu ce fait concrètement à travers une mésaventure sur Facebook et j'en analyse les conséquences dans cet article.

    Publié le 19 octobre 2017 dans Conscience politique et sociale

     

    31. MA PUNCHLINE - Penser différemment dans un contexte sociopolitique de gauche

    En Occident, depuis la révolution sociétale des années 1960 qui a secoué plusieurs pays dont la France en mai 1968, nous vivons dans une société qui a mis en application les valeurs de gauche ou disons d'un courant politique à diverses nuances plus ou moins voisines qui se dit de gauche. Nous vivons depuis près de 55 ans sous le règne absolu du gauchisme moderne : un socialisme bourgeois amoureux du pouvoir que donne l'argent et dans une totale aversion de toute limite morale à la liberté individuelle même au prix de la déviance la plus sordide. Les institutions françaises ont peu à peu relayé cette idéologie extrêmement pointilleuse sur le respect de ses prérogatives : tout esprit qui ne pense pas selon la philosophie du socialisme capitaliste, ou capitalisme à caractère social, est dénigré, stigmatisé, crucifié publiquement sur l'autel d'une conception particulière du progrès social. Gare aux contrevenants ! Ils sont surveillés, scrutés et dénoncés comme aux heures sombre de l'occupation nazie, ce qui prouve que notre régime républicain est devenu un totalitarisme malgré des apparences qui donnent le change sur les intentions réelles de ses dirigeants.

    Les gens en phase avec les idéologies de la gauche contemporaine sont ainsi mis en avant par le système capitaliste qu'ils combattent mais qui se sert de leurs valeurs pour étendre son influence hégémonique. Ce statut légué par intérêt du haut pouvoir financier donne une liberté d'expression aux gens de gauche qui en usent et en abusent au point de devenir les cerbères du régime : ces derniers n'octroient pas cette liberté de penser et de parler librement dont ils se prétendent les défenseurs aux autres qui pensent différemment et voudraient pouvoir, eux aussi, s'exprimer comme bon leur semble selon un principe de justice élémentaire. Bon nombre d'individus de gauche ne réalisent pas combien à cause de leur attitude dogmatique, pèse sur tout débat une chape de plomb qui détruit le pluralisme et appauvrit la réflexion publique. Dorénavant, la pensée de gauche est vue comme la vérité infuse, la loi populaire et publique, absolue par défaut. Or, je ne suis pas d'accord parce que c'est injuste et que c'est faux. Le présent article me permet de préciser ma réflexion sur ce thème : j'en appelle au respect envers toute pensée alternative, de gauche, de droite ou apolitique, religieuse ou athée, bref envers toute pensée qui s'oppose en partie ou complètement à la doxa socialiste-capitaliste toute-puissante.

    Publié le 12 novembre 2017 dans Conscience politique et sociale

     

    Saison 4

     

    Après lecture d'un article, vous pouvez réagir en direct sur la page concernée (je modère) : je vous répondrai en ligne après acceptation de votre commentaire. Si vous avez lu plusieurs articles et visité le blog un peu plus complètement, vous pouvez aussi me laisser votre opinion générale sur le livre d'or du site. Sinon, l'envoi d'un message privé vous est par ailleurs proposé via la page Contact.

    Cordialement ! smile

     

    Pierre-Laurent SISLEY

     

     

    Autres saisons (liens) :

    saison 1 - saison 2 - saison 3