• Avant-propos

     

    Bonjour à tous ! 

     

    Sur cette page, je vous livre les raisons qui ont amené à la création de ce blog. Mes motivations se partagent entre un état d'être particulier et un état d'esprit personnel. Depuis des mois maintenant, j'ai pris conscience avec acuité du fonctionnement général et profond de ma vie : je suis là, dressé dans un fragile équilibre sur la corde fine de mon existence que le vent des épreuves secoue souvent brutalement. Cependant, malgré mes difficultés d'adaptation à un environnement complexe où les contextes adverses abondent, mon état d'esprit exprime comme jamais l'ouverture aux autres, conséquence directe du plus grand respect que je témoigne à ma personne depuis quelques années. C'est là, au plus intime de moi, dans le plus beau de mon être, que tout mon travail trouve sa source créatrice.

     

     

    TEL UN FUNAMBULE, PAS A PAS, AU PRÉSENT

     

    Dans mon histoire personnelle, le présent blog n'aurait jamais dû voir le jour : il représentait à un moment donné un type d'espace personnel au contenu très autocentré dont je ne voulais plus faire l'expérience. Pour certains motifs personnels, quelques mois auparavant, j'avais en effet préféré clôturer un site de ce genre après quatre ans d'existence. Par la suite, j'ai voulu tenir un blog au fond plus professionnel mais j'ai dû affronter une profonde insatisfaction : ma créativité ne s'y retrouvait pas du tout. Je suis donc revenu sur ma décision et j'ai recréé un blog axé autour de mon vécu et des sentiments et pensées que j'en retire. Ce revirement était en complète cohérence avec l'essence même de ma vie : je vis dans la contradiction permanente sur le plan matériel. Il suffit que je m'organise pour obtenir un résultat précis pour qu'au final, rien n'aboutisse... et qu'à l'inverse, je n'envisage rien de particulier dans un domaine pour que je reçoive ce que je n'ai souvent même pas exprimé. C'est très inconfortable à vivre mais je l’intègre peu à peu avec les années. Je me compare de moins en moins aux autres. Naturellement, malgré moi, ma façon d'être s'oppose magnifiquement au discours formaté et aseptisé de la plupart des guides-stars et autres pseudo-spécialistes de la pensée positive en vue actuellement. En n'étant que moi-même, je contredis complètement une telle vision uniformisée, simpliste et arbitraire de l'humanité promue sous couvert d'unité universelle. Ma vie me montre clairement et concrètement son unicité hors de toute conception réductrice de la réalité. Par conséquent, je suis obligé d'avancer à vue vers le point d'arrivée, ma mort, sans rien connaître de ce qui peut survenir entre-temps sur le parcours. J'aurais souhaité que les choses soient plus simples et évidentes. Or, elles sont en elles-mêmes complexes jusqu'à en devenir compliquées voire confuses parfois. Je l'accepte... contraint. Toutefois, mon objectif fondamental reste de pouvoir m'accomplir dans le cadre si restrictif du monde de la matière qui est le nôtre.

    Lorsque je me vois progressant cahin-caha ainsi dans l'inconnu existentiel, je me vois surtout tel que je suis, moi, quinquagénaire gracile, aux dehors rêveurs, à l'aspect fragile, donnant toujours aux autres la sensation qu'il va tomber pour de bon et s'écraser par terre. Je prends conscience de ce que je suis depuis si longtemps en définitive : un funambule qui marche sur un fil ténu tendu dans l'immensité cosmique entre le point familier de sa naissance et celui indéterminé de sa mort, vivant dans le danger constant de chuter et de sombrer dans le précipice infini de l'obscurité fondamentale, risquant ainsi d'avancer l'heure de son trépas et de couper net le fil de sa vie le laissant alors flotter au gré du vent capricieux de la mémoire. 

    Le ciel peut être ensoleillé et l'horizon plus dégagé, je vois bien que l'existence humaine se déroule toujours dans un brouillard, même léger. Nul ne sait ce qui l'attend vraiment deux ou trois pas plus loin. La mort est peut-être là à quelques secondes près et tout s'arrête avant même que nous le réalisions. La notion de projet est devenue floue, imprécise, pour moi. Je vis désormais au présent. Je me concentre sur ce qui se passe ici et maintenant. Ces quatre dernières années, agir pour atteindre un objectif précis m'a tenu éloigné de mes proches et de mes amis : ma vie a été un désert social. Très peu de gens sont restés en contact avec moi au fil des mois. J'aurais mieux accepté cette réalité si j'avais gagné. Or, j'ai perdu. L'échec m'a alors poussé à corriger mon attitude dans l'immédiat. En mettant de côté mon projet initial, les portes du cœur se sont à nouveau ouvertes et en quelques semaines seulement, des personnes disparues depuis très longtemps parfois sont réapparues dans ma vie pour mon plus grand bonheur. Ces retrouvailles ou ces demandes à reprendre contact avec moi démontrent clairement que ma manière de vivre ma vie posait problème : la détermination pour mener un projet, oui, l'entêtement jusqu'à l'obsession non ! Tout donner à un but, je ne le ferai plus. A quoi sert de vouloir obtenir un avenir de rêve si déjà, on néglige son présent et tout ce qui n'a pas un rapport direct avec un objectif précis ? Respecter sa vie commence là où on est, comme on est, tout de suite, pas plus tard.

    J'apprends à tempérer mes attentes sans perdre ma capacité à rêver plus loin et à gérer mes frustrations. J'intègre doucement une étape supplémentaire vers l'harmonie avec soi : je saisis au plus profond de moi le subtil équilibre qui soutient ma marche vers le bonheur d'être qui je suis et surtout ce que je suis. Posant prudemment un pied devant l'autre, je progresse lentement sur une corde invisible tendue qui surplombe un abîme gigantesque. Le gouffre insondable attend, dans le silence ou dans le tumulte, prêt à m'avaler au moindre faux pas. Tel un funambule, je vis et je risque ma vie chaque jour. Voici la raison fondamentale de l'existence du présent blog : avoir un espace d'expression personnelle qui reflète le fragile équilibre qui me relie à la vie. Parce que j'oscille sans cesse entre mélancolie aux limites du désespoir et joie subite de mon enfant intérieur, je sais que mon avancée est irrégulière et mon équilibre des plus précaires. Ouvrir ce blog est pour moi un moyen de pouvoir m'exprimer en toute liberté, sans biais, avec honnêteté, sans bien sûr tout dire de ma vie, dans une parfaite acceptation de l'homme que je suis. Ce site est un lien tangible qui me retient à la vie : j'écris ici afin d'améliorer ma relation avec moi-même et mon entourage. C'est pour moi une forme d'auto-thérapie... et d'activité créatrice aussi : l'écriture est une passion personnelle.

     

    Avant-propos

     Tel un funambule sur son fil, je vis

     

     

    BLOGUER : UNE DÉMARCHE D’ÉCHANGE ET DE GRATITUDE

     

    Tel un funambule... est sorti de ma tête et de mon cœur tel un petit cours d'eau discret avant de devenir un torrent qui a emporté mes dernières hésitations à tenir un blog généraliste et autocentré. A l'heure où la générosité tapageuse est à la mode, où la compassion obligatoire s'étale vaniteusement sur les pages de sites dédiés à la spiritualité et au développement personnel, je craignais d'ouvrir un site mettant en exergue mon individualité. En effet, fort hypocritement, alors que notre société occidentale plébiscite en permanence l'ego-roi assumé ostensiblement, en toute impudeur, avec vulgarité, à travers la télé-réalité, le culte des stars et le consumérisme capitaliste, déprécier les démarches de recherche intérieure qui remettent chacun au centre de sa propre vie et permettent d'obtenir une meilleure connaissance de soi est une attitude très répandue. Ce jugement négatif intervient principalement lorsque cette mise en avant de soi est rendue publique en étant affichée sur un blog par exemple et qu'elle vient de gens ordinaires. C'est le paradoxe arbitraire et flagrant de notre monde dit moderne : le citoyen lambda doit conserver son statut d'anonyme et rester le plus discret possible sur ce qu'il est tandis que les personnalités publiques et les gens influents sont renforcés dans leur ego jusqu'à la démesure et parfois l'indécence avec l'assentiment des foules. C'est un réel tabou en Occident : parler de soi ne va pas... de soi justement ! Or, cette liberté de parole, eh bien, je la prends sans orgueil, simplement.

    Tel un funambule... est un site particulier où je parle de la vie et des enseignements que j'en retire... sans chercher toutefois à répandre une quelconque philosophie au contenu prétendument universel. Je reste humble : ce que je vis vaut pour moi uniquement, j'en ai conscience. Aucune vie ne se ressemble et ce qui fonctionne pour l'un ne marche jamais pour un autre sinon très rarement. Avec ce blog, je suis dans une démarche humaine simple fondée sur la volonté d'échange : je me place résolument dans une attitude de rencontre avec les autres et de LEUR différence. Ma position est certes de donner à lire sur moi mais elle est aussi d'en apprendre plus sur ceux qui interviennent après la publication d'un article grâce au contact via les commentaires si bien sûr, ceux-ci vont plus loin que trois mots et sont argumentés. Si un lien vers un site personnel est laissé sur mon blog, je ne manque jamais d'aller visiter cet espace... et de m'y abonner ou de le garder en favori si je m'y plais. Je connais la beauté que peuvent acquérir parfois les liens humains nés sur Internet. Dans le passé, grâce à deux anciens blogs, j'ai pu déjà goûter à la joie de partager quelques amitiés authentiques et profondes. C'est un cadeau inestimable. Les personnes avec lesquelles j'ai pu créer de belles relations ont toutes été séduites par mon style et mon état d'esprit ; elles ont beaucoup apprécié mon angle de vision sur les divers sujets que j'abordais jusqu'à s'inspirer de ma pensée pour prendre quelques décisions importantes dans leur vie, débouchant alors sur des conséquences positives par la suite. C'est une preuve de confiance qui m'a énormément touché et qui prouve la validité de mes écrits : tout en demeurant dans un registre très personnel, mes articles conservent un fond universel, un fond comportemental implicite qui caractérise les êtres humains et dans lequel chacun peut se reconnaître en partie. Le présent blog ne déroge pas à cette règle majeure qui sous-tend mon travail d'écriture depuis mes débuts dans la publication d'articles sur Internet en 2008.

    La plupart des thématiques abordées sur Tel un funambule... sont en relation avec moi. Toutefois, elles me permettent surtout de développer mon point de vue sur divers sujets sociaux et sociétaux, économiques ou encore philosophiques et spirituels. J'utilise mon regard sur ma propre existence pour exposer avec précision ma vision particulière de la réalité à tous. A partir de ma relation de plus en plus approfondie avec mon être intime, je m'ouvre à l'extérieur de plus en plus librement. Les articles de mon blog sont descriptifs ou analytiques, en vers ou en prose, mais quels que soient leur forme et leur fond, tous célèbrent la vie malgré certaines réticences que j'ai encore à me fondre complètement dans le monde réel et son quotidien. 

    C'est vrai qu'en regardant le monde, je suis souvent blessé par la violence environnante, qu'elle soit verbale, écrite ou physique, et la tendance de beaucoup de gens à se complaire dans la médiocrité intérieure. Mais comme je vis, moi aussi, dans cette réalité qui me déplaît, tout mon enjeu personnel est d'y trouver ma place et d'y exprimer ma musique intérieure, mes talents, le meilleur de moi-même, afin de participer à l'interprétation de la grande symphonie des êtres vivant sur terre. C'est dans ce monde complexe rempli de contrastes légers ou détonants et pourtant enclin à l'uniformisation jusqu'à l'ennui et l'oppression, ce monde partagé entre violence et quiétude, que je tente de vivre selon les règles de mon cadre intime et de rester loyal envers moi-même. Tel un funambule aguerri, je suis parvenu jusqu'ici à rester debout sur mon long fil tendu au-dessus de l'immense précipice creusé au cours des siècles par des générations d'humains aliénés, dociles, asservis par d'autres, auxquelles j'ai longtemps appartenu moi aussi. Pour l'instant, je n'ai pas chuté dans le vide. Je tiens comme je peux tout en agissant de mon mieux pour persévérer dans ma démarche de profond respect à mon égard et contribuer au bonheur général. Ce blog rend hommage à celui que je suis, imparfait certes mais de plus en plus honnête avec lui-même, et par ricochet avec les autres. Je suis dans un mouvement résolu de reconnaissance et de profonde gratitude à l'égard de ma vie, solidement porté par une résilience farouche et déterminée mais de plus en plus apaisée.

     

    Avant-propos

    Échanger, c'est vivre et se permettre d'évoluer

     

     

    J'arrive à la fin de mon avant-propos. Vous savez désormais quelles motivations et intentions personnelles soutiennent l'ouverture de cet espace d'expression. L'intérêt porté à soi témoigne aussi de celui qu'on peut porter aux autres dans un jeu d'échange continu et authentique. Je vous remercie très sincèrement d'avoir pris le temps de lire ce texte et j'espère vous retrouver désormais régulièrement sur mon site. Namaste ! smile

     

    PIERRE-LAURENT SISLEY