• 29. LA VERTU DU SILENCE - parler à bon escient

     

    Dans le dialogue humain, la place du silence est primordiale : celui-ci tait, élude et surtout diffère l'annonce d'un contenu important qui peut être dépréciatif ou valorisant, gênant ou profitable. Les jeux de communication autour de la parole humaine se structurent selon des règles tacites où silence et parole se répondent sans cesse mais où tout de même le premier, malgré les mots prononcés, domine largement par son pouvoir. Par conséquent, l'obligation élémentaire d'avoir un bon usage du non-dit s'impose à chacun au risque sinon de créer des troubles relationnels autour de soi ou pire, de briser une amitié ancienne. Le silence est un outil qu'il convient de bien employer. Voici donc un petit rappel sans prétention, juste pour prendre soin de vos relations... et vous faire beaucoup de bien en passant !

     

    Notre propension à dénoncer les défauts des autres ou ce que nous considérons comme tel a trop souvent comme égale la complaisance que nous avons vis à vis de nos propres travers. Cette attitude sème déjà les germes de l'injustice en nous et autour de nous : nous sommes très rarement exemplaires. Elle sème aussi du coup les germes du conflit inutile voire de la violence, chacun s'enfermant dans une certitude, parfois diffuse, que l'autre a bien plus de choses à changer que soi-même. Observons avant de critiquer, puis fondé sur les faits, émettons alors une opinion valide. Il ne s'agit pas de nous taire face à un comportement jugé répréhensible mais de parler à bon escient. Et seulement dans ce cas. Sinon, taisons-nous ! Nous respecterons l'autre tout autant que nous-mêmes : celui qui sait utiliser la parole avec une sage efficacité est fort et renforce son image sociale positivement. En effet, le pouvoir de propos déplacés, malvenus, dans un contexte inapproprié ou simplement non justifiés par le terrain peut détruire en quelques secondes une relation de confiance longue de plusieurs années. Le pouvoir des mots est tel que la blessure qu'ils infligent peut rester à vie.

    Par ailleurs, redécouvrons aussi le plaisir éthique de nous taire lorsque nous savons sur l'autre une information préjudiciable démontrée par les faits. Parfois, ce n'est pas à nous de dire la vérité ou tout simplement, ce n'est pas le moment adéquat de révéler cet élément que nous connaissons. La valeur du silence est aussi dans l'omission salvatrice qui préserve une relation dans l'immédiat afin de mieux rebondir plus tard si le fait connu doit être dit. Le tact relationnel est souvent fondé sur l'usage pertinent de la parole où le silence prouve presque toujours son extrême utilité.

     

    29. LA VERTU DU SILENCE - parler à bon escient

     

    A bien y regarder, celui qui a dit que le silence était d'or en a sous-estimé la valeur. Moi, je dirais qu'il est de platine en de si nombreux cas. Le silence fait de la conversation un art : il est une ellipse magnifique qui rythme nos échanges avec autrui. Les relations humaines se scellent en définitive presque exclusivement sur les non-dits... justifiés et malheureusement injustifiés aussi. Le silence possède également un côté sombre : rien n'est parfait en notre monde. 

     

    « 28. L'INSTANT "MONTBAZILLAC"30. L'IMPLANTATION D'UNE MÉDIOCRITÉ ALIÉNANTE DANS L'ESPRIT DU PEUPLE »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 25 Septembre à 22:52

    Bonsoir Pierre-Laurent,

    C'est tellement vrai tout ce que vous écrivez à propos du silence ! Je suis entièrement d'accord, surtout avec la première phrase. Nous sommes souvent beaucoup plus indulgents envers nous-mêmes qu'envers les autres. Et pourtant, nous sommes loin d'être parfaits. Si nous nous mettions plus souvent à la place des autres, si nous essayions de comprendre ce qui a pu les amener à tel acte ou à telle parole malencontreuse, nous serions moins prompts à les juger, nous rendant alors plus disponibles pour les aider.

    Pourquoi voyons-nous plus souvent la paille dans l’œil des autres que la poutre qui se trouve dans le nôtre ? Serions-nous en manque de miroir ? :).

    Il y a un proverbe qui dit : "Si ton chant n'est pas plus beau que le silence, tais-toi."

    Alors voilà, maintenant, je me tais happy.

    Amicalement,

    Sérénita

     

      • Jo le condor
        Mardi 26 Septembre à 16:29

        Hello Bonjour

        Joli rappel, bravo

        Ce n'est pas ce qui entre dans la bouche d'un homme qui le rend impur mais ce qui en sort

        Parole prononcé il y a près de 2000 ans.

        Amitiés

        Jo

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Samedi 30 Septembre à 14:50

    Très bel article et tellement vrai,

    nous devrions nous analyser plus souvent et voir le réel en nous 

      • Mercredi 11 Octobre à 18:31

        En fait, porter un jugement sur le comportement d'autrui n'est pas mauvais en soi : l'éducation individuelle & sociale part de là. Le problème est que nous jugeons sans être exemplaires sur la plupart des comportements que nous dénonçons & que nous jugeons sans connaître la réalité de la vie de l'autre dans son intégralité ou en ignorant certains faits importants. Concrètement, nous ne pouvons tout connaître d'une personne mais nous pouvons déjà nous renseigner afin de savoir si ce qui nous est rapporté est vrai ou pas avant de porter un avis dessus & de critiquer quelqu'un. Je crois que se taire plus souvent permettrait l'installation d'une véritable écoute d'autrui & la mise en recul de cette fâcheuse habitude très répandue désormais : vouloir parler de tout ans vraiment maîtriser son sujet. En effet, sur bien des questions, beaucoup s'intronisent avocat, travailleur social, historien, sociologue, psychologue, etc. sans avoir ni les titres, ni surtout la connaissance suffisante. Bref, on parle pour parler & imposer sa conception du monde. La preuve est que depuis qu'Internet existe, les rapports humains indirects sont facilités mais sont aussi très radicaux. Le fanatisme n'existe pas que chez des croyants religieux & des sympathisants à un parti politique : il sommeille en chacun de nous prêt à s'exprimer derrière l'anonymat opportun d'un pseudonyme numérique.

    3
    Dimanche 8 Octobre à 12:39

    Le silence......Ami ou ennemi.A nous de lui mettre l'habit que l'on veut.Tout comme dans un texte,il peut être ponctuation.Encore à nous de choisir.......De bien choisir.happy

      • Mercredi 11 Octobre à 19:22

        A notre époque chacun a tendance à vouloir avoir un avis sur tout, le silence est tout de même plus rare que la prise de parole, surtout publiquement. C'est dans ce contexte que la sobriété du silence devrait le plus intervenir : les dégueulis sentimentalistes biaisés partagés et colportés sont une vraie pollution sonore ou visuelle pour la pensée. Toute approche d'un sujet est faussée & ramenée à des poncifs & des préjugés. Quant à la sphère privée, c'est là avant tout que le côté nocif du silence se dévoile le plus : les fameux secrets de famille qui empoisonnent des générations entières, on connaît tous, je crois. Bref, parlons moins, parlons mieux... & taisons-nous de façon tout aussi adéquate. Apprentissage en cours...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :