• 2. Ô LECTEUR - de moi à toi

     

    Puisqu'il m'importe toujours de bien accueillir chaque lecteur, voici une marque d'estime... en vers. 

     

    Dans cet espace minuscule ouvert sur le monde,

    Flottent les fragiles bulles de vie, gouttes d'expérience, sans nulle autre pareille,

    Que je pose, là, sur les pages virtuelles d'une histoire bien réelle : la mienne.

    Dans cet espace intime, le cœur tourné vers le monde,

    Je façonne et lie des phrases portant les idées propres d'une vie sans pareille

    Dont j'expose l'éblouissante quintessence, miroir d'une autre lumière : la tienne.

     

    Si je parle de moi, c'est pour mieux parler de toi et de la multitude.

    Très haut, je déroule un pont de la différence vers la similitude,

    Un pont de bois et de corde, long et ténu, suspendu au-delà du précipice,

    Un pont si étroit qu'il danse quand du vent, il affronte l'imprévisible caprice.

     

    Ô lecteur, il n'est pas ici de phrase vaine ou d'idée gratuite.

    Tout est là, à sa place, au sein de notre échange cosmique.

    Ô lecteur, mon attention pour toi n'est jamais surfaite ou fortuite :

    Avec toi, j'incarne l'essence de notre lien unique.

     

     

    Dans cet espace minuscule ouvert sur le monde,

    Passent les nuages de beau temps, de ciel gris ou d'orage, au firmament de ma vie,

    Ces nuages qui montrent combien je suis vivant, combien je suis humain seulement.

    Dans cet espace intime, le cœur tourné vers le monde,

    Je marche en plein soleil parfois, cours sous des cieux couverts mais danse surtout sous la pluie

    Alors que seul, partout ailleurs ou presque, le ciel bleu est loué exclusivement.

     

    Pourtant, parler de moi n'est que mieux parler de toi et de la multitude.

    Très haut, se balance un pont de la différence vers la similitude, 

    Un pont de foi et de force, long et ténu, suspendu au-delà des préjugés,

    Un pont solide qui ne rompt pas même si déjà, les autres nous ont condamnés.

     

    Oui, lecteur, ensemble, chassons la phrase vide et le lieu commun,

    Préservons notre échange du doux poison des certitudes

    Tous deux, lecteur, créons, aménageons le moment riche, opportun,

    Qui évacue le consensus aux toxiques habitudes.

     

     

    Pour toi, visiteur, j'exclus le compromis avec l'idée en vogue,

    Abhorrant, ferme, la rencontre aux confins du oui massif.

    Avec toi, je préfère récolter les fruits mûrs d'un franc dialogue,

    Arborant fièrement mes opinions, loin du non plaintif.

     

    Abhorrer, ferme, la rencontre aux confins du oui massif

    Est, je crois, la base de l'estime, d'un respect solide.

    Arborer fièrement ses opinions, loin du non plaintif

    Est pour moi le fond noble qui prime : message limpide.

     

     

    Pierre-Laurent Sisley

     

     

    2. Ô LECTEUR - de moi à toi

     

     

    « 1. SIMPLEMENT CONTINUER - sur la voie du cœur et des mots3. LA GRENOUILLE ÉBOUILLANTÉE »
    Partager via Gmail Delicious Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Françoise
    Dimanche 13 Septembre 2015 à 15:12

    Oh auteur , de toi à moi ,je suis passée j'ai lu, j'ai aimé ,alors je te le dis, merci ,c'est très beau !

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    2
    Dimanche 13 Septembre 2015 à 15:42

    @ Françoise - Merci chère LECTRICE ! wink2  Les mots sont pour moi ce qu'est la peinture pour toi : un terreau de création. Et comme tu es la première à témoigner ici : champagne !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :